La Polynesie


Infos utiles
Argent
Franc pacifique
Décalage
été : -12h

horaire
hiver : -11h
Durée vol
22h
Langue
Français,tahitien
Vaccins
non
Visa
non

Flux rss des articles



agence ebookersagence hotels.comagence look voyagesagence promovacances

Halte au plagiat

Louise Peltzer, la présidente de l’Université de Polynésie française, qui fut également ministre de la Culture de 1998 à 2005, a annoncé, hier à Tahiti, qu’elle démissionnerait de ses fonctions. « Si c’est ma tête qu’ils veulent, ils l’ont. Je m’en vais », a-t-elle déclaré à l’AFP. En effet, cette dernière a été accusée par un groupe de professeur d’avoir plagié une oeuvre d’Umberto Eco.

La copie concernerait « un discours prononcé il y a maintenant 13 ans ». Selon ses dires, ces accusations de plagiat ne sont que « prétexte » et sont davantage liées aux réformes qu’elle a menées. « J’ai mis en place un système de suivi pour contrôler les gens qui ont été recrutés. Cela ne fait jamais plaisir », a-t-elle déclaré. C’est alors qu’en janvier, une lettre ouverte où plus d’une cinquantaine d’universitaires avaient révélé les « similitudes » entre un livre de Mme Peltzer et « La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne » d’Umberto Eco.

Eric Conte, vice-président du conseil d’administration de l’Université juge qu’il est nécessaire que la dite accusée quitte ses fonctions : « Les accusations de plagiat, quel que soit le contenu que peut y donner le professeur Peltzer, étaient fondées (…) Elle ne pouvait, hélas, pas rester à la tête de cette université ». 60 des 85 enseignants de l’Université ; soit une large majorité ; trouvant le contexte invivable, lui ont même envoyé une lettre demandant son départ anticipé.

Plongée en Polynesie
Rechercher un vol
Un service Altavacances